Jardin secret - T 8

Jardin secret - T 8

Megumu, le fils d’une famille d’horticulteurs, rejoint le club de Ran au lycée. Malgré son milieu familial, il semble détester les fleurs et n’hésite pas à faire des remarques désobligeantes à Akira. Le festival culturel approche à grands pas et le club d’horticulture propose un atelier pour fabriquer des herbiers en bouteille. Le problème, c’est que Megumu a disparu !

Avis

Une lecture toujours aussi douce avec ce huitième tome de Jardin secret.

Dans une première partie, nous suivons surtout Akira et Megumu. Les deux garçons se connaissent et ils ont des points communs. Ils ont tous les deux rejeté le métier de leurs parents. Akira, fils de fleuriste, n’osait pas le dire à ses camarades et il cachait également son envie de prendre la relève de la boutique car ce métier est perçu comme réservé aux femmes. Megumu, fils d’horticulteurs, n’accepte pas son héritage non plus, pourtant il aime aussi les fleurs. Peu à peu, nous constatons que Ran joue un rôle important pour leur faire changer de point de vue…

Une deuxième partie est essentiellement tournée sur la romance entre Ran et Akira. Nous retrouvons des scènes très classiques dans les romances scolaires comme la fête de l’école, les moments de détente entre amis à la plage et le moment où notre joli couple se retrouve complètement seul en classe ou dans une maison… Evidemment, nous n’avons pas trop de surprise vu que c’est du déjà vu mais c’est parfaitement amené et de toute façon, les personnages sont tellement adorables qu’ils ne peuvent que nous faire fondre. De plus, nous les voyons évoluer et devenir plus mature au fil des chapitres. Ran et Akira sont de plus en plus attirés l’un par l’autre, ont envie de se toucher notamment l’été et d’être ensemble. C’est un plaisir de les voir grandir avec autant de tendresse l’un envers l’autre. Les personnages secondaires sont également bien mis en avant comme Tomo et Yamada.

Les graphismes sont très doux, les traits des personnages sont délicats, les décors sont soignés. Les visages sont expressifs. Les planches sont bien découpées et bien mises en scènes. Les jaquettes sont toujours très douces quel que soit le tome, la complicité et l’amour des personnages se ressentent sur les couvertures.

Nous avons de belles scènes romantiques, c’est tellement bienveillant et positif que cela fait du bien. L’humour est également présent notamment grâce à l’innocence de Ran qui vous fera sourire.

Afin une telle fin, l’attente va être longue avant de lire le prochain tome !

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 23 juin 2021.

Editeur

Kana

Merci aux Editions Kana pour cette lecture en service presse.