Les 7 Ninjas d'Efu - T 2

Les 7 Ninjas d'Efu T 2

C'est au tour du proxénète Ren de devenir un ninja Onshin, nommé Shinki. Après qu'il se soit débarrassé de ses opposants, nous découvrons Gonkurô et Rikka, qui vont se retrouver eux aussi liés à la milice du Bakufu. Lorsque Gonkurô participe au tournoi de Sumo, il tombe sur un lutteur mandaté par le Bakufu et tombe dans leur ligne de mire. C'est l'occasion de faire la découverte d'un nouveau ninja Onshin, bien que ce ne soit pas forcément celui auquel on pourrait penser...

Avis

Un tome intéressant qui peut être scindé en trois parties. Dans la première, nous avons la fin de l’histoire de Ren, le proxénète, qui devient le Onshin Shinki. Dans la deuxième, nous avons l'histoire complète de l'Onshin Sekki avec l'histoire de Rikka, une Aïnou. Elle est la seule survivante de son clan. Elle est recueillie par le généreux Gonkurô qui doit participer à un tournoi de sumo et affronter un homme à la solde de Tokugawa… Dans la troisième partie, nous avons le début de l'histoire de l'Onshin Geki avec Harara, le "démon au visage humain". C'est le personnage le plus surprenant jusqu’à présent par sa nature que je vous laisse découvrir par vous-même... 

Avec le découpage en parties, nous constatons qu'il y a toujours 3 chapitres qui sont consacrés à la naissance d'un Onshin. Pour l'instant, nous avons donc rencontré trois Ninjas Onshin et le quatrième devrait apparaître au début du T3.

Le scénario est de plus en plus intéressant et les personnages nous intriguent. Nous retrouvons bien le contexte de l’époque. Par contre, certaines scènes me semblent inutiles et d’autres sont un peu trop rapides, ce qui ne facilite pas toujours la compréhension.

Graphiquement, c’est époustouflant. C’est très violent (décapitation d’un enfant de 7 ans par exemple mais cela correspond aux faits réels concernant Kunimatsu Toyotomi…). Les armures des Onshins sont toujours aussi réussies. Les paysages et les décors sont détaillés. Il y a encore quelques délires, c’est vraiment surprenant (même parfois complètement hallucinant surtout dans l'histoire avec Harara !) mais je préfère vous laisser la surprise de les découvrir par vous-mêmes... cela dépend du ressenti de chacun. Les combats sont bien rythmés et bien mis en scène mais ils sont horribles et évidemment vite expédiés vu la violence subie. Le découpage des planches est efficace. 

L’édition est de qualité, la jaquette est originale avec le double visage (Personnage / Armure Onshin) et nous avons également une illustration en couleur au début de tome.

Contrairement à Kingdom et Baltzar : la guerre dans le sang, Les 7 Ninjas d’Efu n’est pas un coup de cœur mais cette série m’intrigue suffisamment pour la poursuivre malgré la violence du titre.

Note : 3.5/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 5 octobre 2019.

Editeur

Meian

Merci aux Editions Meian pour cette lecture en service presse.